Home Accueil

Predecelle-environnement.org

Réunion publique à Limours... suite

Actualités

A la demande de plusieurs personnes, nous procédons à la mise en ligne de la présentation : "la Prédecelle entre Limours et Briis-sous-Forges : constats sur les inondations passées et solutions alternatives à l'ouvrage du Pivot "

Consultez le diaporama

 

Réunion publique à Limours

Actualités

PREVENTION DES INONDATIONS
POLLUTION  AUX PCB DE LA PREDECELLE
QUELLES SOLUTIONS ?

Pour en débattre


Rendez-vous le mercredi 12 novembre 2014 à 20h30

Salle La Grange à Limours
Accès Place du Gymnase, derrière l'église

 

 Télécharger l'invitation

 

Réunion organisée avec le soutien des associations : Vivre à Forges, Essonne Nature Environnement (ENE), la Fédération des associations de protection de l'environnement de la haute vallée de l'Orge (FAVO), Sermaise Environnement et l'Union des Amis du Parc de la haute vallée de Chevreuse.

 

Pollution aux PCB : arrêtons les dégâts

Actualités

Le 1er juillet 2014, le préfet de l'Essonne a autorisé, après enquête publique, la construction d'un bassin de rétention sur la rivière Prédecelle, à la hauteur du lieudit du Pivot, entre le Limours-en-Hurepoix et Forges-les-Bains.


Ceci, en dépit des avertissements lancés le 29 juin 2014 par la fédération Essonne Nature Environnement (ENE), la fédération des associations de protection de l'environnement de la haute vallée de l'Orge (FAVO) et l'association Vivre à Forges en raison de la pollution reconnue de la Prédecelle aux polychlorobiphényles (PCB).

Lire le communiqué

 

Recours gracieux contre l'arrêté préfectoral

Actualités

Le 2 septembre 2014, Essonne Nature Environnement (ENE), la Fédération des associations de protection de l'environnement de la Haute vallée de l'Orge (FAVO), et l'association Vivre à Forges (environnement, patrimoine, urbanisme, cadre de vie à Forges-les-Bains) ont adressé au préfet de l'Essonne un recours gracieux contre l'arrêté déclarant d'utilité publique le projet de réalisation de l'ouvrage dit « barrage du Pivot ».


Elles rappellent qu'une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet d'Evry pour déterminer l'origine de la pollution aux PCB de la rivière Prédecelle. A ce jour, l'enquête n'a toujours pas révélé s'il s'agit d'une pollution accidentelle due à un vol de transformateur électrique ou d'un problème beaucoup plus grave : défaut de surveillance des installations par le passé ou négligences lors du démantèlement de la zone industrielle de Limours. Aucun contrôle de la qualité des eaux souterraines au droit du site n'a été effectué. Tant que la source de la pollution n'est pas clairement identifiée, on ne peut pas écarter l'hypothèse que des substances dangereuses non-confinées continuent à se déverser dans la rivière.


Dès lors, aucune intervention dans le lit de la rivière ne devrait être autorisée tant que les causes de la pollution aux PCB ne sont pas connues.

 

Communiqué de l'association Vivre à Forges

Actualités

Inondations de la Prédecelle
Protéger les biens et les personnes, oui,
mais pas à n'importe quel prix !

La commission d'enquête chargée de recueillir les avis du public sur le projet d'aménagements de lutte contre les inondations porté par le syndicat intercommunal de l'hydraulique de la région de Limours (SIHAL) a rendu son rapport le 7 février. Un dossier très volumineux (12 kg, 1400 pages et plans) a été déposé dans chacune des 6 mairies concernées par les ouvrages pendant la durée de l'enquête. Sur un total de 268 observations, une majorité sont favorables au projet mais ne sont étayées par aucun témoignage (photos, factures des dégâts) ou arguments quant aux solutions choisies. Les avis défavorables émanent d'associations environnementales, de particuliers exprimant la même sensibilité d'agriculteurs ou de riverains directement concernés par les ouvrages.

Vivre à Forges salue le travail de la commission et relève que les préoccupations des associations ont été prises en compte : l'intérêt des solutions alternatives proposées, beaucoup moins pénalisantes pour l'environnement et les paysages, la nécessité de traiter en priorité les ruissellements locaux, les doutes sur le bilan « coûts-bénéfices » et les préjudices pour l'élevage bovin.


Lire ici la suite du communiqué